Lecteur ou Auteur ?

Être auteur ou lecteur ?

Tout le monde n’est pas fait pour écrire. Il me parait important donc de se poser la question de pourquoi passer du lecteur à l’auteur. En a-t-on vraiment besoin ? Que va-t-on chercher de plus dans l’écriture ?

Pour qui écrit-on ? Pourquoi écrit-on ? 

 

Vous avez déjà vu ces deux questions dans l’article précédent. Elles seront déterminantes afin de se positionner ici. Souhaite-t-on écrire pour les autres, qu’ils soient de la famille, d’un groupe de proches particulier ou non ? Si ce n’est pas le cas , alors on veut peut-être écrire pour nous-même, ce qui est également un choix louable. 

Cette réponse est variable de la raison de notre écriture. Veut-on transmettre quelque chose de particulier ? Cherchons-nous à faire passer une idée ? Est-ce que l’on souhaite trouver en nous des réponses qu’on ne parvient pas à faire jaillir autrement ? 

Ces questions ne sont pas exhaustives, mais si vous ne vous retrouvez pas dans cette question, et que votre but est simplement de voyager à travers des histoires… alors avez-vous vraiment besoin d’écrire ? Certains écrivent justement pour vivre des histoires qu’ils ne trouvent pas ailleurs. C’est louable, mais il faut se rendre compte que l’écriture demande un certain aplomb. Rêvasser de votre histoire ne suffit pas ? Ceci est une vraie question à se poser selon moi.

Être auteur ou être lecteur ?

Cela ne répond évidemment pas à la même exigence. Mais les deux ont leurs avantages. Il ne faut pas nier l’aspect cathartique et d’élévation de la lecture.

Une chose est sûre : il faut lire pour écrire. Pourquoi ? Car nous avons tous lu et sommes tous imprégnés par certains écrits dans notre vie. Il n’y a donc pas de création écrite qui soit totalement indépendante de nos lectures. Même si l’on écrit pour soi, lire les autres permet de mieux trouver les mots qui vont nous aider à mieux faire accoucher notre pensée. Pour ceux qui chercheraient à être lu par les autres, il est essentiel d’identifier les genres existants, pour savoir à quel lecteur on confie notre écrit. Au-delà de cela, le style se travaille en écrivant, mais aussi en lisant

En lisant en écrivant.
 

Julien Gracq, auteur et théoricien Français de l’écriture a publié en 1980 un livre qui se nomme “En lisant en écrivant”. Ce livre parle du fait que l’auteur lit ce qu’il écrit tout en écrivant ce qu’il lit. Dans ce livre, il mène une réflexion sur l’écriture à l’heure du cinéma et dans une sphère où la culture prend toujours plus de place et de l’histoire de la littérature. Mais ce qui nous intéresse, c’est surtout la partie où il s’intéresse à l’espace entre lecture et écriture. 

Sans rentrer dans les détails, la réflexion faite nous pousse à nous intéresser au processus d’écriture mais aussi à celui de lecture. Dans la lecture, vous faites aussi une part de l’écriture, et vice-versa. Considérant cela, n’oubliez pas que votre créativité se déploie également à la lecture. Selon certains théoriciens, il y a même trois histoires dans l’écriture : celle pensée par l’auteur, celle écrite par l’auteur, et celle lue par le lecteur. Forcément, les trois ont un fort rapport mais tout réside dans les moyens de communication employés. (Là encore, il faudra garder cela en tête lors de votre écriture) 

Il ne faut donc pas faire de la lecture quelque chose de passif et moins noble que l’écriture. Il s’agirait d’une mauvaise raison pour écrire. 

Vous avez outrepassé toutes les questions et vous avez résisté aux arguments ci-dessus ? Alors c’est bon, vous êtes prêt à écrire ! 

Vous avez encore des questions ou des doutes à ce propos ? Venez me voir sur Discord 😉 

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *